Développée par Carl Rogers, psychologue américain, l’écoute active est une technique visant à améliorer notre capacité à communiquer.

Parce qu’écouter n’est pas entendre, pratiquer l’écoute active c’est faire preuve de curiosité et de bienveillance pour aller à la rencontre de l’autre et comprendre vraiment son message. Le meilleur moyen d’écarter idées préconçues et interprétations. 

« Sur le plan professionnel c’est une compétence clé. Celle de savoir communiquer de façon constructive en déployant un savoir être authentique et positif. » ​

En quoi l’écoute active peut-elle nous aider sur le plan professionnel ?

L’écoute active n’est pas un concept vantant un simple principe de reformulation. Au contraire, elle nous invite à considérer tous les détails d’un message. Si on regarde bien, on a souvent tendance à écouter pour répondre. Or l’écoute active nous permet justement d’aller plus loin. Écouter pour comprendre, pour créer un climat de confiance et offrir à notre interlocuteur la possibilité de s’exprimer librement, sans peur d’être jugé. 

Sur le plan professionnel c’est une compétence clé. Celle de savoir communiquer de façon constructive en déployant un savoir être authentique et positif.

Pour un manager, un conseiller client, un chef de projet, elle permet d’identifier les besoins et de répondre efficacement aux objections. Gérer des conflits, développer son leadership, fédérer… dans de nombreuses situations, faire preuve d’écoute active est un véritable savoir être.

« Sur le plan professionnel c’est une compétence clé. Celle de savoir communiquer de façon constructive en déployant un savoir être authentique et positif. » ​

Comment la mettre en œuvre ?

Avant toute chose, se mettre dans la posture de celui qui écoute. Observer la communication verbale et non-verbale de l’interlocuteur. Adopter soi-même une attitude d’ouverture pour accueillir les propos. 

Puis, le silence, ne pas couper pas la parole. Acquiescer de temps en temps avec des mouvements de tête prouvant ainsi notre attention pour encourager à poursuivre. Être attentif et montrer son intérêt pour ce qui est dit. Relancer ensuite seulement à partir de ce que l’autre a dit, sans introduire d’idées nouvelles et inciter l’interlocuteur à préciser sa pensée si imprécise ou trop générale.

Enfin, poser des questions ouvertes et reformuler pour s’assurer d’avoir bien compris et éviter les malentendus.

Au sein de l’entreprise, c’est dans ce type d’échange, constructif et serein que notre intelligence émotionnelle s’épanouit. L’écoute active ne nous enlève pas la possibilité d’exprimer un désaccord, de donner un avis mais elle favorise la réflexion, la prise de recul. Finalement, elle permet d’accroître la performance des salariés, instaure de meilleures relations entre collaborateurs s’inscrit tout naturellement dans le cadre du bien-être au travail.

Si vous souhaitez mieux maîtriser l’écoutez active, consultez la formation « Améliorer sa communication et développer des relations positives ».

Nos derniers articles